L’investissement pour les débutants : dans quoi placer son argent ?


Vous entendez parler autour de vous de trackers, de SCPI, de LMNP ou encore de crypto… et
honnêtement, c’est un peu comme si on vous parlait une langue étrangère.

Pourtant, vous réfléchissez peut-être de plus en plus à placer votre argent dans des
investissements qui rapportent plus que les maigres 0,50% de votre Livret A.

Le problème : vous ne savez pas par où commencer. Comment s’y retrouver parmi tous les
différents placements existants ?

Dans cet article, on vous présente les différentes catégories d’investissement existantes, leurs
spécificités, et pourquoi y placer votre argent… ou non.

Pourquoi investir son argent ?

L’investissement pour les débutants : dans quoi placer
son argent ?


Avant de rentrer dans le vif du sujet, commençons par une question simple : pourquoi investir ?

En général, la raison principale pour laquelle on recommande d’investir, c’est pour faire
fructifier son patrimoine sur le long terme.


Le problème, c’est que placer son argent sur des livrets d’épargne rapporte peu. Même très
peu.

Les 0,50% que vous fait gagner votre Livret A en intérêts chaque année ne permettent même
pas de couvrir l’inflation (qui était de 1,1 % en 2019). Les prix augmentent, mais le taux de
votre livret ne parvient pas à rattraper cette hausse.
Le résultat : c’est votre pouvoir d’achat qui baisse tous les ans.

Bien sûr, il est important de conserver une partie de ses économies sur des livrets d’épargne
facilement accessibles. Par exemple, pour ses achats et projets à court et moyen terme, ou
encore pour son épargne de précaution.

Mais si vous aimeriez faire fructifier vos euros durement gagnés, vous devrez envisager
d’autres types de placements.

Par contre, la contrepartie de l’investissement, vous la connaissez pour l’avoir probablement
entendue à maintes reprises : investir comporte des risques. Et ce peu importe le type
d’investissement : c’est le cas à la fois pour la bourse, mais aussi pour l’immobilier que
beaucoup présentent trop souvent comme un placement “sûr”.

Mais différents types de placement offrent des risques mais aussi des rendements différents.
C’est donc tout un calcul à faire qui vous attend.

Ce qui nous amène naturellement à notre point suivant : quelles sont les différentes façons
d’investir son argent ?

L’investissement en bourse


La bourse est souvent assez mal comprise. Beaucoup parlent de l’investissement boursier
comme ils parlent du casino : on parle par exemple de “miser” ou de “jouer” en bourse.

Et si c’est une manière de faire (qu’on vous déconseille, mais on y viendra), c’est loin d’être la
seule.

En bourse, il y a deux mentalités : celle qui a pour objectif de “devenir riche rapidement” (qui
fini très souvent mal), et celle qui a pour but d’investir pour faire fructifier son patrimoine
pour les années à venir. Et la deuxième est beaucoup plus souvent gagnante.

La philosophie qui a le plus de chances de vous aider à réussir, c’est celle de Benjamin
Graham : “En bourse, tu as deux choix : t’enrichir lentement ou t’appauvrir rapidement”.

On va donc se concentrer sur la première option.

Comment investir en bourse ?

Tout d’abord, il y a des banques qui facilitent plus l’investissement en bourse que d’autres. Il vaut mieux donc choisir sa banque correctement avant de se lancer. Pour choisir, retrouvez notre article dédié sur les meilleures banques pour investir.
Deux choses sont à prendre en compte pour placer son argent en bourse : votre enveloppe
fiscale, et vos investissements à proprement parler.

Les enveloppes fiscales


Au delà de leur nom un peu barbare, les enveloppes fiscales sont au final assez simples à
comprendre. Il s’agit simplement de types de comptes à partir desquels vous allez pouvoir
investir. C’est le contenant, et vos investissements (que vous allez donc placer dans votre
enveloppe) sont le contenu.

Il existe 3 grandes enveloppes fiscales en France : le PEA, l’assurance-vie et le CTO.
La première étape pour commencer à investir va être de savoir quelle enveloppe fiscale ouvrir.
Chacune a ses avantages et ses inconvénients, donc il est important de prendre le temps de
les découvrir avant de faire un choix
.

Certaines enveloppes comme le PEA ou l’assurance-vie présentent des avantages fiscaux
dont il peut être très intéressant de profiter, surtout quand on débute.

Les investissements


Dans ces enveloppes fiscales, vous allez ensuite pouvoir nicher plusieurs types
d’investissements. Mais toutes les enveloppes fiscales ne permettent pas d’accéder aux
mêmes placements.

Par exemple, la majorité des assurances-vie ne permet pas d’acheter d’actions en direct
(comme des actions Apple), mais donne accès à des fonds d’investissements (des
groupements d’actions gérés par des sociétés professionnelles).

Le PEA permet quant à lui d’acheter des actions ou des fonds, mais uniquement dans des
valeurs de l’union européenne ou des fonds investissants majoritairement en Europe.
Ici encore, c’est un calcul à faire.

De notre côté, on recommande d’éviter l’achat d’actions individuelles. La grande majorité des
investisseurs ne parvient pas à faire mieux que le marché au global, y compris les
professionnels.

C’est pour ça qu’on recommande tout particulièrement l’investissement en ETF (aussi appelés
tracker), qui vous permet d’investir dans un grand nombre d’actions très facilement et avec
des frais souvent très réduits.

L’investissement immobilier


Quand on pense à l’investissement immobilier, on a généralement en tête l’achat de sa
résidence principale (ce qui n’est pas un investissement à proprement parler), ou bien de faire
de l’investissement locatif.

Mais il existe en réalité de nombreuses façons de placer son argent dans la pierre. Voici un
aperçu des plus populaires d’entre elles.

L’investissement locatif


Il s’agit ici tout simplement d’acheter un bien pour le mettre en location, et donc en récolter
des loyers.

Pour la plupart des investisseurs particuliers comme vous et moi, l’investissement se fait dans
du résidentiel. Mais attention : l’investissement locatif ne se limite pas forcement à acheter un
appartement ou une maison vide et à le louer.

Il est essentiel de connaitre les différents statuts qui existent pour faire de l’investissement
locatif. Certains, comme le LMNP par exemple, peuvent être particulièrement avantageux. À
l’inverse, d’autres peuvent s’avérer très peu rentables.

Investir dans la pierre demande aussi de passer beaucoup de temps à explorer les différentes
options pour trouver la meilleure solution pour vous.

Les SCPI


Les SCPI sont un moyen encore trop méconnu d’investir dans l’immobilier. Elles présentent
pourtant des avantages importants (mais bien-sûr, en contrepartie, des inconvénients
également).

Une SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) est un placement collectif dans l’immobilier.
Gérées par des sociétés de gestion, elles collectent l’argent de nombreux investisseurs
pour acheter et gérer de grands parcs immobiliers, généralement composés de bureaux et
commerces.

C’est donc de l’investissement locatif “indirect” : vous êtes bien co-propriétaire des biens dans
lesquels vous avez investis (à hauteur de votre placement), mais vous n’avez pas à gérer les
biens vous-mêmes.

En contrepartie, vous versez à la SCPI des frais de gestion pour s’occuper de tout l’aspect
recherche, gestion et administratif à votre place.

C’est un calcul à faire vs. l’investissement locatif classique, mais un système important à
connaître si vous cherchez à investir dans l’immobilier.

Le crowdfunding immobilier


Le crowdfunding immobilier, aussi appelé financement participatif immobilier, est une autre
façon d’investir dans la pierre.

Ici, un promoteur immobilier va faire appel à des investisseurs (comme vous) pour financier une
partie de son projet de construction.
Vous avez donc la possibilité de prêter de l’argent au promoteur pour une durée généralement

assez courte pour un investissement immobilier (entre 6 mois et 2 ans), qui vous le rembourse
ensuite avec intérêts.

Pour mettre en relation promoteurs et investisseurs, il existe plusieurs plateformes de
crowdfunding. Celles-ci vont analyser et proposer les projets qui leurs semblent les plus
pertinents selon des critères souvent assez strictes.

Les investissements atypiques


Attention : on rentre ici sur un terrain bien plus glissant. D’ailleurs, on ne les présente pas pour
vous les conseiller, mais plutôt pour vous éviter des erreurs coûteuses et vous expliquer
pourquoi ils sont à utiliser avec grande parcimonie.

Les placements atypiques se concentrent sur des marchés de niche, c’est-à-dire très
spécifiques. Ils nécessitent donc d’une part des connaissances très pointues sur le
domaine en question, et sont à éviter pour les néophytes.

Mais même pour les connaisseurs, ces investissements qui peuvent être volatiles ou
spéculatifs sont généralement bien plus risqués que des placements “classiques”.
Parmi les investissements atypiques, on peut par exemple lister :

• L’art
• Le vin
• Les forêts
• Les vaches laitières
• Les diamants
• Les cryptomonnaies
• etc.

Faites aussi attention, car beaucoup d’”investissements atypiques” cachent en réalité des
arnaques déguisées. L’AMF tient une liste noire des sites à éviter absolument.

Encore une fois, on préfère la simplicité quand il s’agit de placer son argent, et les meilleurs
investissements sont en général les plus simples.

Mais si vous décidez d’investir votre argent sur des placements atypiques malgré tout, ils ne
devraient constituer qu’un petit pourcentage du total de vos investissements et en aucun
cas la totalité.

Laisser un commentaire